Le 14 avril, nous serons donc place de la République. Ce n’est pas un hasard. Que signifie la République ? La première République est issue de l’opposition du peuple au système en place. Ce système était celui d’une minorité, roi et noblesse,  qui au fil des siècles s’était arrogé tous les pouvoirs, à son seul profit et pour son seul plaisir. Il laissait le peuple s’enfoncer de plus en plus dans la misère.

Aujourd’hui, la noblesse a été remplacée par l’oligarchie financière et institutionnelle, ponctionnant toujours plus le peuple, et lui demandant toujours plus de sacrifices.

De même que la monarchie trahissait la France en 1792, ce qui provoqua la fin de l’ancien régime, la classe dirigeante a trahit le peuple français, en niant l’expression de ses droits. Cette négation n’est pas que française, elle est mondiale. Il suffit, pour s’en rendre compte, de voir ce qui se passe en Grèce, en Espagne.

Ce symbole de la République, c’est le symbole du peuple qui ne fait plus qu’un, de ces gens qui construisent ensemble, jadis sur la base des cahiers de doléance, aujourd’hui sur le dynamisme des assemblées citoyennes. C’est l’esprit même de la sixième République que nous appelons de nos vœux et que nous construirons en mettant en place une assemblée constituante.

Prenons conscience qu’en France, nous sommes encore loin de ce qui se passe dans d’autres pays du monde. Plus que dans d’autres pays, nous avons les moyens de nous mobiliser à travers le tissu syndical, associatif, les outils politiques offerts par les Partis. Nous bénéficions encore d’élections libres, même si les moyens d’influencer les électeurs sont en parti contrôlés par cette oligarchie.  Plus que dans d’autres pays, nous nous devons d’être moteurs. Ce que nous rendrons possible aujourd’hui en France deviendra réalité demain ailleurs.

C’est pourquoi la FASE s’inscrit parfaitement dans ce mouvement et dans cette journée du 14 avril. Elle est dans sa logique de mobilisation citoyenne, dans la continuité de son action des années précédentes. Le positionnement de la FASE  dans le Front de Gauche ne s'inscrit pas dans l'accession au pouvoir pour nous-mêmes, mais dans la mise en synergie des différentes forces, partis politiques, syndicats, associations et citoyens non encore investis.

 

 Jean philippe Parmantier