Jérôme Cahuzac a reconnu les faits. Lui qui avait accusé Médiapart en diffamation, lui qui avait rugi son innocence aux quatrecahuzac_jerome_323_jpg

coins de la jungle politicienne, a enfin avoué. Il a détenu des comptes à l’étranger, en Suisse et ailleurs. Cet argent peut dès lors être suspecté d’avoir facilité évasion fiscale ou blanchiment. Cahuzac s’est fait prendre. Il va donc être considéré comme un nul par ses pairs.

 Jérôme Cahuzac, mais tant d’autres avant. Tant d’autres, de droite comme de gauche, qui ont fait l’objet de rumeurs, souvent fondées. D’anciens ministres ayant des responsabilités ministérielles facilitant le lobbying de leur conjoint, d’autres élus d’un ordre plus élevé soutenant la pharmacie et les retraites par capitalisation tandis que la famille prenait les postes opportuns toujours dans le secteur privé, d’autre préfet de Loire-Atlantique opportunément et familialement en relation financière et professionnelle avec ceux qu’il aurait dû ne connaître que comme partenaire économique.

Tous pourris, pourrait-on dire, du moins à un certain niveau. Il est vrai qu’on ne regardera pas la gestion de certaines communes pour lesquelles la gestion de l’immobilier relève du goût personnel (Saint Macaire, par exemple).

Mais le tous pourris ne s’arrête pas là.Lorsqu’on discute avec des gars qui disent eux-mêmes se situer au bas de l’échelle, on peut-être étonné des réactions.

 -         Ben moi, si j’ gagnais des millions comme les joueurs de foot, j’en profiterais.

-         Les gens comme Cahuzac, y grattent un peu, comme moi sauf que c’est pas sur les mêmes montants.

-         Si on déclarait tout ce qu’on gagne, on vivrait pas.

robespierre

 Tous pourris. Oui, beaucoup d’humains sont pourris et souvent, quelque soit le niveau de revenu, social ou culturel, il est facile de retrouver ces médiocrités qui arguent afin de justifier le mépris de la loi. Chacun y va de sa justification pour expliquer que, s’il a un peu volé, il n’y a pas mort d’homme, et qu’avant, ils … bla bla bla…

Cahuzac est pourri au même titre que celui qui sort d’un commerce ou d’une banque et qui se gargarise des 5 ou 10 euros qu’il a gagné par « erreur » du système. Car le monde des pourris, c’est avant tout le monde du médiocre, de celui qui se répète à l’infini : « parce que je le vaux bien », et qui rêve en cachette de posséder une ferrari pour exciter la jalousie de son voisin.

 Le mot incorruptible correspond à un homme ; Maximilien de Robespierre. Jamais personne ne lui a contesté ce fait. Et il serait bien  téméraire de lui attribuer autre chose que la volonté d’ amener la paix en France. Alors, oui, s’il nous souhaitons réellement construire un monde différent, nous devons tous, à notre niveau, rejeter ces justification de vol et de tricherie. Cela n’est pas facile, car il paraît toujours plus simple, sous des mots de loyauté, d’honneur, de mentir et de tricher.

 Mais dans la situation actuelle, un seul mot d’ordre devrait transparaître : être des incorruptibles de la société.

 Jean Philippe