On a beaucoup parlé, il y a quelques mois, des terrifiantes attaques de requins laissant entaillés, voire démembrés de jeunes surfeurs au teint halé. Fallait-il prendre des mesures draconniennes contre ces terrifiants prédateurs que sont les requins?

Oui, répondirent de nombreux humains. Mais quel est le point de vue des requins?

Une étude récente fait apparaître la terrible dangerosité de ces sournois prédateurs happeurs de mollets. 2011 est l'annéee des records de mortalité planétaire due aux requins : 13 morts, pour 78 attaques, ce qui est presque un record (82 en 2010)

La même année, ce sont environ cent millions de requins qui ont été tués par les humains.

humains tués :             13

requins tués : 100 000 000

On peut noter que les requins viennent rarement sur la terre ferme pour attaquer les hommes.

Aux Etats-Unis, sur une même période, les armes à feu tuent 30 000 humains. On peut d'ailleurs se demander pourquoi quelques morts victimes d'un attentat lors d'un événement sportif font autant vibrer les médias. Ah oui! c'est visuel, le sport soulève l'émotion. Et merci pour les 80 américains quotidiennement victimes du terrorisme du lobbye des armes à feu américains.

C'est vrai qu'il est facile de s'offusquer face à certaines tragédies individuelles. Ces tragédies ne nous demandent pas d'agir. Elles nous permettent au contraire de compatir, de valoriser auprès d'autrui notre pseudo humanité. Mais quelle fourberie, lorsqu'on pense au monstrueux prédateur sanguinaire qu'est l'homme. Ce prédateur, ce n'est pas un humain imaginaire.  C'est notre mode de vie quotidien (consommation énergétique d'un français 45 fois supérieure à ses besoins réels) qui nous fait contribuer à détruire toujours plus. La seule consolation qu'on peut avoir, c'est de se dire que ce super prédateur, après avoir détruit une bonne partie de son environnement, ne pourra survivre. Ce qui permettra une nouvelle ère de développement aux espèces survivantes. Car oui, le monde que nous détruisons au quotidien ne permettra jamais l'existence d'un monde d'avenir pour nos enfants. Mais bah! notre égöïsme nous conduit à nous abreuver des sourires d'aujourd'hui, puisque nous n'aurons pas à voir les visages de souffrance de demain.

Aux menteurs et assassins de tout poil, qui se rassurent dans leurs discours justificatifs appris par coeur, n' embrassez pas vos enfants lorsqu'ils iront se coucher. Ce baiser sent trop la mort.

 

Jean Philippe Parmantier