04 février 2008

Notre démocratie vient de prendre une gauche dans la machoire

Malgré les promesses de la candidate PS au présidentielles, malgré la mobilisation de nombreux militants et de nombreux élus de gauche, une partie suffisante de parlementaires de gauche a choisi le oui ou l'absentention cet après-midi, lundi 4 février, au congrès à Versailles pour réviser la constitution et permettre la signature du Traité de Lisbonne. Pourtant, il était mathématiquement possible de bloquer ce processus et pousser au référendum pour avoir un réel débat au sein de la société. Imposer par voie parlementaire un... [Lire la suite]