Gauche Alternative Choletaise

24 avril 2013

Les requins sont-ils redoutables?

On a beaucoup parlé, il y a quelques mois, des terrifiantes attaques de requins laissant entaillés, voire démembrés de jeunes surfeurs au teint halé. Fallait-il prendre des mesures draconniennes contre ces terrifiants prédateurs que sont les requins?

Oui, répondirent de nombreux humains. Mais quel est le point de vue des requins?

Une étude récente fait apparaître la terrible dangerosité de ces sournois prédateurs happeurs de mollets. 2011 est l'annéee des records de mortalité planétaire due aux requins : 13 morts, pour 78 attaques, ce qui est presque un record (82 en 2010)

La même année, ce sont environ cent millions de requins qui ont été tués par les humains.

humains tués :             13

requins tués : 100 000 000

On peut noter que les requins viennent rarement sur la terre ferme pour attaquer les hommes.

Aux Etats-Unis, sur une même période, les armes à feu tuent 30 000 humains. On peut d'ailleurs se demander pourquoi quelques morts victimes d'un attentat lors d'un événement sportif font autant vibrer les médias. Ah oui! c'est visuel, le sport soulève l'émotion. Et merci pour les 80 américains quotidiennement victimes du terrorisme du lobbye des armes à feu américains.

C'est vrai qu'il est facile de s'offusquer face à certaines tragédies individuelles. Ces tragédies ne nous demandent pas d'agir. Elles nous permettent au contraire de compatir, de valoriser auprès d'autrui notre pseudo humanité. Mais quelle fourberie, lorsqu'on pense au monstrueux prédateur sanguinaire qu'est l'homme. Ce prédateur, ce n'est pas un humain imaginaire.  C'est notre mode de vie quotidien (consommation énergétique d'un français 45 fois supérieure à ses besoins réels) qui nous fait contribuer à détruire toujours plus. La seule consolation qu'on peut avoir, c'est de se dire que ce super prédateur, après avoir détruit une bonne partie de son environnement, ne pourra survivre. Ce qui permettra une nouvelle ère de développement aux espèces survivantes. Car oui, le monde que nous détruisons au quotidien ne permettra jamais l'existence d'un monde d'avenir pour nos enfants. Mais bah! notre égöïsme nous conduit à nous abreuver des sourires d'aujourd'hui, puisque nous n'aurons pas à voir les visages de souffrance de demain.

Aux menteurs et assassins de tout poil, qui se rassurent dans leurs discours justificatifs appris par coeur, n' embrassez pas vos enfants lorsqu'ils iront se coucher. Ce baiser sent trop la mort.

 

Jean Philippe Parmantier

 

 

 

 

 

Posté par alterre à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2013

Connaître le Patrimoine de Jean-Luc Mélenchon.

Je m’appelle Jean-Luc Mélenchon. Je suis né le 19 aout 1951 à Tanger au Maroc. Je mesure 1,74 M. Je pèse 79 kilos. Ma taille de chemise est 41/42.  Ma taille de pantalon est 42. Je chausse du 42. Tous mes cheveux sont naturels et ils ne sont pas teintés.
Je n’ai pas hérité d’un château où me loger, ni d’un parti politique créé par mon père. Je ne fais pas semblant d’habiter Hénin-Beaumont, je n’ai ni voiture ni chauffeur. Mon père n’a jamais été condamné pour fraude fiscale. Aucun de mes conseillers n’ouvre de compte en Suisse pour des tiers.
Mon patrimoine a fait l’objet de publication dans toute la presse pendant la campagne présidentielle. Y compris dans l’Express en dépit du ton haineux sur lequel étaient posées les questions. Vous trouverez ci-dessous les autres liens où découvrir ces informations cruciales. Mon patrimoine  a été déclaré et contrôlé à mon entrée et sortie du ministère de l’enseignement professionnel. Il a déjà été déclaré à mon entrée et sortie du Sénat ainsi qu’à mon élection comme député européen et corrigé par moi à mesure de son évolution auprès de l’autorité indépendante dont c’est la mission officielle. 
www.lexpress.fr,
www.parismatch.com,
www.linternaute.com
Je n’ai naturellement jamais refusé de le faire connaître. Non par goût, mais du fait de la malveillance que la moindre pudeur en la matière déchaine chez les « Médiapart » du pauvre que sont les organes de presse qui exigent ce genre de publication. Et je le donne à connaître de nouveau connaissant la malveillance dont je suis entouré en permanence par les lettres anonymes diffusées par l’extrême droite, parfois relayées par des socialistes, et les insinuations malveillantes de monsieur Alliot (du F Haine)
Je ne cumule aucun mandat. Naturellement, je ne cumule pas l’indemnité de sénateur et celle de député européen d’une part parce que j’ai démissionné de mon mandat de sénateur en 2009 et d’autre part parce que ce cumul est interdit par la loi.  Je ne touche aucune retraite sur mes activités passées, quoi que j’en aie l’âge, car j’estime avoir un revenu suffisant et que je suis solidaire.
Je suis propriétaire de mon appartement à Paris, 76 m2, trois pièces dans le 10ème arrondissement acquis pour 346 750 Euros en 2006. D’une maison de campagne dans le Loiret achetée 92 000 Euros en 1996. Inclus les héritages de mes deux parents décédés il y a cinq ans, la vente de ma permanence en Essonne, moins mes crédits, mon épargne nette est donc de 150 000 euros. Je les ai prêtés au Front de gauche pour la campagne présidentielle, ils viennent de m’être remboursés. Je compte les utiliser pour changer d’appartement, ce dont je tiendrai le grand public immédiatement informé dès que cela sera fait. Mais je ne m’engage pas à inviter la presse à la pendaison de crémaillère.
Mes droits d’auteurs sont versés à l’association « Politique à gauche » et au Parti de Gauche. Je n’ai pas de tableaux, de voiture, de bateau, ni de bicyclette, ni de chevaux.
J’ignore la valeur des œuvres d’art que j’ai réalisée avec mon pinceau, mon crayon ou mon appareil photo. J’estime qu’il s’agit d’une valeur considérable. Je possède 12 000 livres de toutes sortes que j’ai commencé à accumuler dès mes quatorze ans.
Ma banque depuis trente-cinq ans est la Caisse de crédit Mutuel de Massy.
Je cherche à acheter plus grand dans mon quartier et je remercie ceux qui peuvent me faire une offre intéressante.

Posté par alterre à 20:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2013

Cahuzac: Sarkozy, Fillon et Woerth devront répondre!

Jérôme Cahuzac a été nommé  en juin 2008, porte-parole du groupe sur les questions financières. A cette époque, il semble qu' Eric Woerth, ministre du budget, ait été informé de ses irrégularités bancaires. Connaissant l'importance de cette commission, surtout en période de crise, il est peu probable que le président de l'époque, Nicolas Sarkozy, ainsi que le premier ministre, n'aient pas été informés  de la situation conflictuelle de Jérôme Cahuzac. Pourquoi cette nomination a-t-elle été acceptée? si ce n'est pour avoir un membre du PS influent en situation d' être manipulé.

     

   

 

Je suis connu pour ne pas faire de cadeau au Parti socialiste, mais il me semble clair que dans cette affaire, l'homme Cahuzac a été protégé et même promu par le gouvernement précédent, et que ce n'est que maintenant, grace à une justice plus libre qu'auparavant, que la vérité commence à voir le jour.

Jean Philippe Parmantier

Posté par alterre à 22:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2013

Tous pourris - Cahuzac, mon copain, mais pas Robespierre

Jérôme Cahuzac a reconnu les faits. Lui qui avait accusé Médiapart en diffamation, lui qui avait rugi son innocence aux quatrecahuzac_jerome_323_jpg

coins de la jungle politicienne, a enfin avoué. Il a détenu des comptes à l’étranger, en Suisse et ailleurs. Cet argent peut dès lors être suspecté d’avoir facilité évasion fiscale ou blanchiment. Cahuzac s’est fait prendre. Il va donc être considéré comme un nul par ses pairs.

 Jérôme Cahuzac, mais tant d’autres avant. Tant d’autres, de droite comme de gauche, qui ont fait l’objet de rumeurs, souvent fondées. D’anciens ministres ayant des responsabilités ministérielles facilitant le lobbying de leur conjoint, d’autres élus d’un ordre plus élevé soutenant la pharmacie et les retraites par capitalisation tandis que la famille prenait les postes opportuns toujours dans le secteur privé, d’autre préfet de Loire-Atlantique opportunément et familialement en relation financière et professionnelle avec ceux qu’il aurait dû ne connaître que comme partenaire économique.

Tous pourris, pourrait-on dire, du moins à un certain niveau. Il est vrai qu’on ne regardera pas la gestion de certaines communes pour lesquelles la gestion de l’immobilier relève du goût personnel (Saint Macaire, par exemple).

Mais le tous pourris ne s’arrête pas là.Lorsqu’on discute avec des gars qui disent eux-mêmes se situer au bas de l’échelle, on peut-être étonné des réactions.

 -         Ben moi, si j’ gagnais des millions comme les joueurs de foot, j’en profiterais.

-         Les gens comme Cahuzac, y grattent un peu, comme moi sauf que c’est pas sur les mêmes montants.

-         Si on déclarait tout ce qu’on gagne, on vivrait pas.

robespierre

 Tous pourris. Oui, beaucoup d’humains sont pourris et souvent, quelque soit le niveau de revenu, social ou culturel, il est facile de retrouver ces médiocrités qui arguent afin de justifier le mépris de la loi. Chacun y va de sa justification pour expliquer que, s’il a un peu volé, il n’y a pas mort d’homme, et qu’avant, ils … bla bla bla…

Cahuzac est pourri au même titre que celui qui sort d’un commerce ou d’une banque et qui se gargarise des 5 ou 10 euros qu’il a gagné par « erreur » du système. Car le monde des pourris, c’est avant tout le monde du médiocre, de celui qui se répète à l’infini : « parce que je le vaux bien », et qui rêve en cachette de posséder une ferrari pour exciter la jalousie de son voisin.

 Le mot incorruptible correspond à un homme ; Maximilien de Robespierre. Jamais personne ne lui a contesté ce fait. Et il serait bien  téméraire de lui attribuer autre chose que la volonté d’ amener la paix en France. Alors, oui, s’il nous souhaitons réellement construire un monde différent, nous devons tous, à notre niveau, rejeter ces justification de vol et de tricherie. Cela n’est pas facile, car il paraît toujours plus simple, sous des mots de loyauté, d’honneur, de mentir et de tricher.

 Mais dans la situation actuelle, un seul mot d’ordre devrait transparaître : être des incorruptibles de la société.

 Jean Philippe               

Posté par alterre à 19:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2013

Notre-Dame-des-Landes - Lettre ouverte au Président de la République

MASSON Thierry
Officier Pilote de Ligne
avec le soutien de la coordination des opposants
Monsieur François HOLLANDE
Président de la République française
55 rue du Faubourg Saint Honoré
77008 PARIS 8e
Lettre ouverte à François HOLLANDE
Haute Goulaine, le 3 janvier 2013
Monsieur le Président,
Si je n'ai pas ordinairement vocation à m'inscrire dans une logique contestataire, et encore moins rétrograde, je souhaiterais vous faire part de mon étonnement lorsque nous parlons du transfert de l'aéroport Nantais qui fonctionne parfaitement vers une future structure à Notre-Dame-des-Landes, ce dans le périmètre de mes compétences, fort de mon expertise technique d’officier Pilote de Ligne exerçant à ce jour depuis près de 25 ans à transporter des passagers, dont 10 années de Commandant de bord avec 18000 heures de vol, pour le compte de notre Compagnie Nationale.
Ce projet est loin de garantir un niveau opérationnel compte tenu de son architecture future déjà dépassée, à la viabilité relevant d'hypothèses hautes sans prise en compte de la technicité et de la fragilité du modèle économique et industriel lié à la spécificité du Transport Aérien, qu'aucun organisme aussi sérieux que l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale ou l'Agence Internationale du Transport Aérien n'aurait osé imaginer. Cependant, l'enquête conduisant à la déclaration d'utilité publique de février 2008 l'a validé.
L'aéroport de Nantes-Atlantique répond à la totalité des critères les plus stricts imposés à notre secteur d'activité. Sa croissance est certes constante, forte de ses 3,2 millions de passagers. Mais c'est en termes de mouvements d'avions que se calcule et s'anticipe avant tout le dynamisme d'une telle plateforme. A Nantes il y a une quasi stabilité avec environ 50000 mouvements de vols commerciaux par an. L'augmentation du nombre de passagers revient à une meilleure performance grâce à l'optimisation du remplissage de chaque vol où les compagnies aériennes assurent au jour le jour l'activité aéroportuaire avec un emport moyen ici de 75 passagers (moyenne nationale 90).
Pour cette activité, il faut faire un distinguo entre les lignes régulières qui ont une croissance conforme aux performances des autres aéroports régionaux similaires de France ou des pays voisins, et les vols charters ou lowcost, uniquement liés à la saisonnalité de cette activité, qui ''tirent'' vers le haut l'activité de Nantes Atlantique, saisonnalité significative seulement 6 mois par an !
Par ailleurs, la sécurité de Nantes Atlantique correspond aux performances détaillées par des normes les plus strictes rédigées par l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (191 états membres, 1200 compagnies aériennes). Celles-ci, reprises en France par le Ministère des Transports et la Direction Générale de l'Aviation Civile, ont classé Nantes Atlantique en catégorie A, c’est-à-dire sans aucune particularité référencée de type environnemental, contrainte de survol en tous genres, obstacles, espaces à particularités type industriel, militaire ou zone à sensibilités remarquables.
Voici de quoi faire taire définitivement les détracteurs de l'Aéroport actuel arguant maladroitement, vraisemblablement par méconnaissance, d'une nécessité absolue de transfert.
Son hypothétique saturation peut être anticipée à tout instant compte tenu de la surface aéroportuaire actuellement disponible avec de multiples extensions imaginables comme cela se fait partout en Europe mais aussi en France lorsque l'on constate une croissance significative en cours ou à venir. C'est ce qui se produit sur bon nombre d'aéroports nationaux et internationaux avec des extensions des aérogares et/ou des parkings avions. Localement citons Bordeaux, Marseille, Nice, Lyon, etc... La liste n'est pas exhaustive.
Sa dangerosité un moment soulignée relève surtout de l'agitation médiatique alors qu'aucun constat sérieux ne l'a un instant indiquée au regard de l'ensemble des références aéronautiques sur cette question sensible. Localement, les organismes de surveillance et de suivi sont adroits et efficaces, l'Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires parfaitement opérationnelle à ce jour. De nouvelles techniques de survol ont été ébauchées par des ingénieurs de l'Aviation Civile, démontrant que nous pouvons envisager à moindre coût des améliorations significatives dès lors que nous aurons surpassé le ''syndrome Notre-Dame-des-Landes '' celui qui semble actuellement nous dicter de ne rien faire à Nantes Atlantique puisque Notre-Dame-des-Landes pourrait être réalisé dans les années à venir...
Si dangerosité potentielle il y avait, que faire du principe de précaution que l'on sait applicable à tout instant, et suspendre sine die l'activité de notre aéroport actuel ?
Sur l'aspect logistique, faut-il le rappeler, l'aéroport de Nantes Atlantique possède ce dont bon nombre n'ont pas la chance d'être dotés à savoir des servitudes type ligne de tramway à proximité immédiate, voies ferrées jouxtant les aérogares actuelles, réseaux routiers performants ouverts vers l'océan proche ainsi que vers les axes routiers en direction de Paris, Bordeaux, la Bretagne immédiate, la Normandie toute proche. Ici satisfecit total concernant le Schéma de Cohérence Territorial local ! Nous ne sommes pas enclavés !
L'aéroport de Nantes Atlantique, classé depuis de très nombreuses années au 10ème rang des aéroports Français, c’est-à-dire dans le ventre mou de ces aéroports de province, a et aura une vocation avant tout régionale tant aux niveaux Français qu'Européen. Les compagnies aériennes régionales ont remis le trophée ERA Award 2011-2012 du meilleur aéroport européen à l’équipement pour Nantes-Atlantique.
Le réseau de lignes aériennes est dicté par la demande. Ce sont les compagnies aériennes qui nous l'indiquent et décident de venir se poser à Nantes à la seule condition que cette clientèle passagers soit au rendez-vous. Les capitales économiques à desservir sont limitées par cette demande et seule l'offre des vols vacances fluctue en fonction des choix économiques rentables et rémunérateurs pour les opérateurs de l'aérien. Un aéroport ne dicte pas l'offre, c'est le marché qui l'oriente, offre construite à partir de situations d'origines structurelles ou conjoncturelles.
Ce sont l'Observatoire des politiques et stratégies des transports en Europe ainsi que le Comité National des transports qui nous chiffrent cet état ainsi que les éventuelles perspectives de croissance reprises par les services de notre Aviation civile, ici en France ! Un aéroport répond toujours à un besoin mais ne génère pas ce besoin.
Quid alors de cette fameuse croissance pour Notre-Dame-des-Landes à 9 millions de passagers en 2065 et quelles perspectives à moyen ou long terme ?
L'ensemble des experts indiquent qu'il y aura croissance, mais résolument limitée à la Chine, à l’Inde et au Moyen Orient, régions formidablement émergentes. Peu ou pas sur le continent nord Américain et encore moins en Europe. En cause, la relation directe entre économie du transport aérien et PIB de nos états/région (diagnostic sinon repris par la DGAC). L'IATA annonce que sans croissance durable et supérieure à 2%, la ressource financière pourrait être exsangue. Les coûts carburant impactés par le prix du pétrole et les quotas de CO2 pour l'aérien intégrés aux accords de Kyoto feront du dynamisme économique et industriel un eldorado ou un... fiasco. A l'heure actuelle, toutes les compagnies aériennes mettent en place des plans d'adaptation avec réduction de leurs effectifs et leurs moyens matériels, en les minorants par exemple pour Air France -12%, pour Lufthansa -17%, Air Portugal -20%, British Airways et Ibéride – 25%, Alitatlia -28%, Scandinavian -44%, Ryannair immobilisant plus d'un quart de ses avions au sol...
Enfin, ces mêmes compagnies, traditionnelles ou émergentes, se rassemblent, créent des synergies en fusionnant et se centralisent sur des plateformes uniques, le cas est valable dans toutes les capitales européennes et au delà.
Dès lors, la mise en perspective de projet d'Aéroport du Grand Ouest avec une nouvelle plateforme dotée de 2 pistes, qui plus est non parallèles, étonne. Pourquoi 2 pistes ? Pourquoi la plus grande des deux, avec ses 2900m de long par 45m de large, limitatifs au regard des dimensions et des performances pures des avions gros porteurs n’est-elle pas plus grande que celle existant déjà à Nantes-Atlantique, pistes qui plus est non dotées de taxiways parallèles alors qu'aucun autre aéroport de cette catégorie n’a été créé en Europe avec une telle configuration depuis... Orly en 1973 ? Ces premières questions révèlent une méconnaissance significative du fonctionnement d'un aéroport ! Force est de constater qu'une seule piste astucieusement dotée de sorties rapides et d'une bande de roulement parallèle suffirait à absorber les flux espérés. La preuve n'est plus à faire qu'une aérogare correctement dimensionnée et optimisée peut traiter des dizaines de millions de passagers. Le nombre de futurs postes de stationnement avions à Notre-Dame-des-Landes est revu à la baisse vis à vis de l'existant à Nantes-Atlantique, les servitudes liées aux débarquements/embarquements des passagers se paupérisent, les contraintes des roulages des aéronefs vont s'imposer malgré la spécialisation des pistes annoncées...
De plus, il n'y a aucune garantie sur l'emploi puisque selon la règle observée, en tout cas si l'on se conforme aux usages, cet aéroport drainera en moyenne tout au plus 700 emplois directs par million de passagers, classique en France comme en Europe pour un aéroport de province.
Enfin, nombre d'aéroports aux santés financières exécrables sont sous utilisés compte tenu de leur dimensionnement, je pense notamment au troisième aéroport parisien de VATRY avec 52000 passagers/an et une piste de 3850m; que dire de Clermont Ferrand, Epinal, Metz-Nancy Lorraine, Tours, Poitiers, Bergerac, etc... La liste est malheureusement encore longue !
Si l'art de la politique est de prévoir pour gouverner, anticiper pour s'adapter, les approches intellectuelle, industrielle et pragmatique de ce projet d'aéroport devraient être de ces rendez vous à ne pas manquer. Quelle que soit l'attractivité en cours ou à venir pour nos belles régions de l'ouest, qui va parier sur des vols transcontinentaux entre Los-Angeles, Singapour, Sydney ou Dubaï vers Notre Dame des Landes ? Que va devenir le bassin industriel existant au Sud Loire avec l'unité de production d'Airbus si l'aéroport de Nantes-Atlantique, comme le prévoit la Déclaration d'Utilité Publique, est transféré vers le nord Loire ? Et si Nantes-Atlantique n'était plus déplacé ? Quelle place manque-t-il aujourd'hui à Nantes pour rester en connexion parfaite avec l'Europe immédiate ou le Monde tout proche ?
Rien n'indiquant que nos concitoyens et notre nation aient besoin d'une telle infrastructure, il est urgent de mettre en place les conditions raisonnables d'un moratoire pour revisiter les demandes et perspectives sérieuses du marché potentiel, les besoins et demandes des compagnies aériennes, ainsi qu'une cohérence industrielle, a fortiori économique et sociale.
Au regard des règles liées à l'aménagement du territoire, il n'a jamais été constaté qu'un aéroport allait générer une économie nouvelle, particulièrement lorsque l'outil correspondant existe déjà et reste sous utilisé, une efficacité améliorée et optimisée permettrait de ne pas grappiller, gaspiller de nouvelles ressources financières et foncières colossales dont on sait pertinemment que nous devons jour après jour en faire l'économie.
Dans les meilleurs délais, je vais m'impliquer en me rapprochant de la Commission de Dialogue mise en place à l'initiative de Monsieur le Premier Ministre, adossé au Collectif de pilotes de Ligne doutant de la pertinence du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, pour expliquer en détail les sérieux doutes de notre profession vis à vis de ces choix techniques et stratégiques particulièrement discutables.
Espérant ne pas avoir été trop long tout en restant suffisamment détaillé dans ces explications, je reste, Monsieur le Président, soyez en certain, à votre entière disposition, et je renouvelle la demande d'entretien que la coordination des opposants souhaite avoir avec vous depuis 4 mois.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mon profond respect.
Thierry Masson

Posté par alterre à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2012

Communiqué de Marie-Émilie VEL, candidate du NPA49 dans la 6e circonscription (Angers-Mauges)

Depuis le siècle dernier dans les Mauges, on se bat pour avoir un droit : celui de l’Éducation publique. Car comment accepter que des écoles, collèges et lycées privés reçoivent des subventions publiques et que nous n’ayons pas partout le droit à un enseignement public, laïque et accessible à toutes et tous ? Au NPA, nous exigeons que l’argent public ne soit versé qu’aux seuls services publics ! Et nous proposons qu'une nationalisation laïque de l'enseignement privé puisse à terme être engagée, avec bien sûr toutes les garanties salariales et statutaires pour son personnel (par intégration aux corps de fonctionnaires correspondant à leurs qualifications).

Cependant, petit à petit, en dépit des notables et sous la pression des parents d'élèves, des écoles publiques sont ouvertes dans les Mauges : Jallais (2007), Andrezé (2010), bientôt La Romagne et Le Longeron ? Le Conseil régional a décidé l'ouverture d'un lycée public à Beaupréau à la rentrée 2015. Mais l'UMP C. Béchu et la majorité de droite au Conseil général refusent que les élèves des Mauges puissent de l'enfance à l'adolescence bénéficier continûment de l'enseignement public. Ils refusent qu'un collège public puisse exister à côté du futur lycée au sein d'une cité scolaire. Et surtout, il refusent qu'un collège public et laïque fasse concurrence aux quatre collèges privés de la ville. Au nom d'un prétendu manque d'effectifs, au prétexte subliminal d'une défense de l'enseignement confessionnel, la droite angevine défend en réalité un monopole et des intérêts privés.

L’enseignement public de proximité, laïque, de qualité et gratuit pour toutes et tous doit devenir une réalité dans les Mauges aussi ! C’est pourquoi le NPA, que je représente dans la 6e circonscription, a soutenu, soutient et soutiendra les actions du Collectif pour la promotion de l'école publique dans les Mauges en luttant à ses côtés. Si un des slogans de notre campagne législative reste le « nos vies valent plus que leurs profits » popularisé il y a dix ans par Olivier Besancenot, c'est « nos enfants valent plus que leurs profits » que je clamerai samedi 2 juin lors de la grande manifestation pour un collège public à Beaupréau qui commencera à 10h30 par une boucle en vélo dans la ville et continuera à 12 h par un rassemblement où sont invités tous les partis de gauche, les syndicats et les associations laïques.

Angers, le 30 mai 2012

Marie-Émilie VEL

Précisions : Les différents partis de gauche défendent la création d'un collège public à Beaupréau. Le Collectif pour la Promotion de l'Ecole Publique dans les Mauges, compte quelques militants en relations avec divers partis de gauche, et notamment le Front de Gauche. Au niveau départemental et depuis quelques années, le Parti Socialiste relaie la demande auprès du Conseil Général. Lors des manifestations, il est fréquent de voir les autres formations de gauche apporter leur soutien.

Rappel : Toutes et tous à Beaupréau  le samedi 2 juin, comme signalé dans des billets précédents.

Jean Philippe

 

 

 

 

 

Posté par alterre à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mai 2012

Après la déclaration scandaleuse de Christine Lagarde...

... Les dirigeants européens et le FMI doivent laisser les peuples voter librement !

Le "dérapage" de Christine Lagarde vient couronner une série de déclarations scandaleuses de dirigeants européens. MM. Barroso, Draghi, Schäuble et même malheureusement Laurent Fabius  ("on ne peut pas à la fois vouloir rester dans l'euro et ne faire aucun effort ») ont ouvertement menacé les Grecs d'une exclusion de la zone euro au cas où leur prochain gouvernement, qui sera élu le 17 juin prochain, remettrait en cause le mémorandum et les plans d'austérité infligés depuis deux ans à la Grèce. Le même chantage pèse sur les électeurs irlandais appelés à se prononcer à référendum le 31 mai pour ou contre le Pacte budgétaire, qui va aggraver encore et installer définitivement l'austérité en Europe.

Mais, en insultant le peuple grec, Christine Lagarde vient de franchir une ligne rouge. Le journaliste du Guardian lui demandait si au moment d'imposer de nouvelles coupes budgétaires à la Grèce, elle hésite parfois en pensant "aux femmes enceintes qui doivent accoucher sans sage-femme, aux malades qui n'ont plus accès aux médicaments vitaux, aux personnes âgées qui meurent par manque de soins". Mme Lagarde a osé répondre: "non, je pense davantage aux enfants d'un petit village au Niger, qui ont deux heures de cours par jour et occupent une chaise à trois". Les enfants grecs qui sont affectés par les coupes ? "Leurs parents n'ont qu'à payer leurs impôts". Alors qu'elle même, comme directrice générale du FMI, ne paye pas un dollar d'impôts sur ses confortables revenus... et que les plans d'ajustement structurel imposés en Afrique par le FMI ne sont pas étrangers à la misère qui y règne encore.

Submergée de mails indignés sur sa page Facebook elle a fini par déclarer sa "sympathie avec le peuple grec et les défis qu'il rencontre". Mais son cynisme n'est pas isolé. Les dirigeants européens se préparent ouvertement à couper les vivres au gouvernement élu le 17 juin s'il décide, comme le parti de gauche Syriza l'a annoncé, de dénoncer le mémorandum. Ils espèrent ainsi intimider les électeurs grecs et les convaincre de voter pour les deux partis corrompus qui ont mené la Grèce au chaos, Nouvelle Démocratie et le PASOK. Comme le dit Christine Lagarde dans son interview au Guardian, sur le ton de la plaisanterie (?), "quelqu'un a dit que si le peuple n'est pas content de son gouvernement, il n'y a qu'à changer le peuple". Une plaisanterie indécente qui n'a même pas le goût d'un lapsus...

S'ils refusent par leur vote l'austérité et la dictature des créanciers et des banques, les Irlandais et les Grecs rendront un fier service à l'Europe tout entière, en montrant aux autres peuples qu'on peut stopper la course vers l'abîme dans laquelle les dirigeants européens nous entraînent par leur cynisme et leur aveuglement. Le peuple islandais l'a déjà fait, pour son plus grand bien, en refusant par deux référendums de rembourser les créanciers de ses banques en faillite ! Attac France, avec les Attac d'Europe, exige que l'Union européenne et le FMI abandonnent toute pression à l'encontre des électeurs irlandais et grecs.


Attac France,
Paris, le 29 mai 2012

Posté par alterre à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Angers - Après-midi citoyen - 26 mai 2012

gic1gic2

Posté par alterre à 23:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]