Il s'agit d'une analyse du deuxième tour de l'élection présidentielle, en s'appuyant sur la comparaison entre 2007 et 2012.

Au niveau départemental,

Royal en 2007 : 45,85 %  Hollande en 2012 48,85 % soit 3% de plus

Mais Hollande gagne 8390 voix pendant que Sarkozy en perd 16 686.--> vote de rejet de Sarkozy plus que d'adhésion à Hollande.

Au niveau de la 5ème circonscription

Royal en 2007 : 46,49%  Hollande en 2012  48,78% soit 2,29% de plus

Mais Hollande gagne 300 voix quand Sarkozy en perd 2566 --> toujours un vote de rejet.

Les écarts sont situés entre une perte de 0,27% du pourcentage PS à Nuaillé et un gain de 6,90% à Vezins.

Mais la grande modification, c'est la perte de 1723 voix par Sarkozy sur Cholet, contre un gain de 18 voix au candidat PS.

Il y a confirmation du vote sanction, sans affirmation d'un vote d'adhésion.

Constat par communes.

Pour Hollande

Cholet : 53,61%  Saint Léger sous Cholet 51,75%

Pour Sarkozy : toutes les autres communes. A noter Yzernay qui vote à 64,82% pour Sarkozy.

Saint Macaire, avec 49,27% pour le candidat socialiste, ne bascule pas encore.

Le score en voix de pourcentage de Sarkozy baisse sur toutes les communes, sauf Montfaucon-Montigné, Roussay et Nuaillé.

Synthèse.

Le vote témoigne du rejet d'une politique et non de l'adhésion à un projet. Le Front de Gauche a montré, au niveau national et au niveau local, que son projet était mobilisateur. Le vote qui s'est exprimé lors du premier tour était un vote d'adhésion et de construction collective. Nous savons aussi que l'effet "vote utile" a conduit des électeurs à voter PS au premier tour, au lieu de soutenir le projet "L'humain d'abord".

Pour les législatives, les voix Front National qui ne se sont pas portées sur Sarkozy, se porteront probablerment sur Gilles Bourdouleix, candidat UMP-CNIP puisque le discours autoritaire de ce député est très proche des thèses du parti d'extrême droite.

Il est clair que, dans ces conditions, les électeurs devront montrer qu'ils rejettent la vision totalitaire de concentration des pouvoirs dont le député Bourdouleix se fait le défenseur.

Jean Philippe Parmantier