Shankara était un paysan respecté, un bon mari et un bon père, mais il s’est suicidé. Moins de 48 heures auparavant, et confronté à la perte de ses terres pour cause de dettes, il a bu un pesticide chimique.

Dans l’incapacité de payer l’équivalent de deux années de revenus, il était désespéré et ne voyait plus aucune issue.

C'est exemple représente l'une des facettes des OGM. Un drame économique et social pour un paysan. Un paysan indien, c'est-à-dire loin de chez nous.

L'une des facettes sachant qu'ils sont déjà 125 000 , selon certaines estimations, à avoir pris le chemin de la mort.

L'une des facettes, sachant que les expériences montrant les dégats de certains OGM ont été dissimulés pendant plusieurs années.

L'une des facettes , sachant que dans certains pays (Canada par exemple) , des agriculteurs sont l'objet de pression, de destructions de champs et de harcellement judiciaire.

L'une des facettes, sachant que toute agriculture biologique est impossible si les OGM se développent (contamination)

L'une des facettes quand on sait que les OGM réduisent la diversité animale par destruction systématique et permanente de certaines espèces animales et végétales.

L'une des facettes lorsqu'on sait que les cultures OGM nécessitent l'emploi d'intrants (engrais, pesticides, ...) qui polluent sol et air, et utilisent des combustibles émetteurs de CO2.

L'une des facettes, sachant que, du fait du développement des OGM,  les espèces naturelles deviendront de plus en plus rares et que, pour manger plus tard, l'ensemble de la chaine alimentaire humaine sera sous contrôle des producteurs de semence OGM.

L'une des facettes, ultime celle là, lorsqu'on sait que l'ensemble des spécialistes de paléontologie estiment que nous commençons la 6ème extinction animale de masse depuis l' apparition de la Terre, sous l'effet de l'action humaine, et que les OGM contribueront immanquablement à accélérer ce processus.

Alors, si vous pensez qu'il faut agir, que la somme des petites actions individuelles peuvent faire bouger les montagnes, agissez, soutenez, informez. Ne restez pas là à regarder le monde dévoré par le profit d'une minorité.

Alors, si vous le pouvez, les 4 et 5 décembre, tous à Angers pour soutenir nos lanceurs d'alerte.

Jean Philippe Parmantier